Campagne : Que s'est il passé en septembre ?

Tous n'ont pas atteint la Norvège. La plupart a périt durant le long périple vers ces lointaines terres. C'est en arrivant qu'ils ont compris : les plus chanceux sont ceux qui sont restés sur le chemin.

Ces terres gelées ont réservé aux nouveaux arrivants leur pire accueil. Les esclaves du Matriarcat sont tombés par dizaines, gelés dans la neige ininterrompue ; les Anges de Dante ont eut toutes les difficultés du monde à établir un campement sur les fjords balayés par les vents gelés ; les Jokers arrivés dans les plaines de Klistiansand ont passé plusieurs jours sans voir le soleil, ni à plus de quelques mètres devant eux. Si ces groupes ont réussi à sécuriser leurs lieux d'arrivée, ce ne sont pas les seuls à être arrivé en masse. Les ombres massives des drones de l'ISC et des mutants Askaris semblent se projeter partout, du Sud au Nord.

Les premiers affrontements ont commencé à l'instant même où les voyageurs ont été assez nombreux pour se croiser. Contre les groupes rivaux ou contre la faune particulièrement nombreuse et violente, qui semble peupler la Norvège, l'entente est impossible. Les jours de combats et de massacres succèdent à des nuits de meurtres et de raids, mais peu à peu, les survivants s'organisent, montent des défenses, explorent ce paysage oublié...
La Norvège n'est pas comme le vieux continent. Ce n'est pas l'air, à peine moins vicié. Ce n'est pas non plus les créatures, juste plus nombreuses. Ni même le climat, juste plus extrême... C'est la Norvège elle-même.

Eden est comme une créature à l'agonie : ces cicatrices sont bien visibles, et les survivants qui y pullulent s'agitent dans une explosion de vie pour tenter de retarder leur propre mort. La Norvège, elle, est comme un tas d'ossement soufflé par les vents. Ces blessures ne sont plus visibles que par des indices indirects et plus personne ne semble pressé par le temps.
 

Désert Blanc

Sukh arrête son pas lourd quand son instinct lui fait tourner la tête. Perchée sur un rocher entièrement recouvert de neige la créature grogne en braquant sur lui ses six yeux injectés de sang. Le mutant a à peine le temps de se retourné que le lycal se jette sur lui, les yeux fous, sans espoir de vaincre, uniquement poussé par la frénésie du combat. Un violent coup de la massive hache de Sukh lui brise le crâne dans un bruit mat, et la créature s'effondre au sol.
Ce n'est pas normal. Des créatures sauvages qui attaquent les colonnes, il en a vu des centaines de fois, mais même le plus fou furieux des monstres sait quand une troupe est trop nombreuse. Ces créatures, parfois solitaires, attaquent sans la moindre chance de gagner. 

Le regard de Sukh se perd un moment dans l'étendu blanche infinie qu'est le bien nommé Désert Blanc. Il n'y a aucun refuge ici. Pas de campement, pas de grotte, pas de ruine de l'ancien monde réaménagée, rien. Rien que la neige et les créatures sauvages. Il y a quelque chose d'étrange. C'est comme si ces monstres étaient effrayés. Non pas effrayé par le clan Khan mais par quelque chose de pire, les forçant instinctivement à s'exiler ici, dans ce désert de neige, plutôt qu'à repartir vers les terres plus riches du sud...

Sukh repart vers les siens. Maintenant qu'ils ont prit pied en Norvège, il va faire démonter les tentes, et repartir vers le Sud. Si quelque chose effraie les monstres ici, il doit s'assurer que cette chose ne menacera pas son clan. 

 

Klistiansand 

Un feu s'allume enfin, projetant une lumière timide sur les murs de brume blancs. Yüri se rapproche en se frottant les mains, les yeux perdus dans les flammes. Tout le monde est silencieux autour du camp, observant anxieusement les ruines qui furent une ville il y a des siècles.

Yüri n'a pas compris immédiatement qu'il se trouvait dans des ruines. En arrivant sur cette côte brumeuse où le regard ne porte pas plus loin que le son, lui et son gang se sont réfugiés dans une grotte. Ce n'est qu'une fois dedans qu'ils ont remarqué l'angle parfait du mur, et les ouvertures lisses cachées par les maigres buissons épineux. Ce qu'ils ont pris pour une grotte est en réalité un vaste morceau de gratte-ciel, décapité et allongé il y a si longtemps que plus rien ne le distingue de l'extérieur.
Depuis, a chaque fois que quelqu'un gratte le sol pour faire une fosse à feu, déterrer quelque chose de brillant ou pour poser un piège, il révèle un lampadaire, un panneau ou une carcasse d'engin.

Yüri a déjà vu des ruines de l'ancien temps, et la plupart du temps, c'est plutôt une bonne nouvelle pour lui. Mais ici, quelque chose le dérange. Ce qui a détruit cette ville n'a pas été la guerre ou l'apocalypse de feu, ou les gangs et monstres de ce dernier siècle, c'est quelque chose de plus rapide et de plus définitif. Une catastrophe naturelle sans aucun doute, de celles qui prennent les habitants totalement par surprise et ne laissant pas une seconde pour s'enfuir. Au vu de l'état du paysage, c'était il y a longtemps... 

 

Bergen

Les torrents d'eaux qui s'écoulent sur le visage de Zagan sont épongés par sa barbe. Le moteur de sa précieuse moto est complètement noyé, impossible à démarrer.
La côte de Bergen lui a couté beaucoup, et les monstres marins qui pullulent dans les fjords ne sont pas ses pires ennuis. Lui et ses suivants sont gelés jusqu'aux os, dans ce coin d'enfer gelé où dormir au sec n'est qu'un rêve inaccessible.

Cette crique de Norvège est déchirée en deux, coupée en son centre par une ancienne faille. La pluie et les vents marins ont érodé ses bords, mais le séisme a du être d'une violence terrible, ouvrant en quelques heures une bouche grimaçante dans cette ile. Zagan se demande si ce n'est pas un signe à suivre, une invitation pour s'enfoncer autant dans les terres gelées que dans ses profondeurs.

Lâchant sa clef à molette rouillée dans la boue imbibée d'huile de moteur, Zagan s'étire le dos en grognant. Au moins, ces saletés de drones semblent avoir les mêmes soucis que sa moto. L'ISC a aussi essayé de débarquer à Bergen, mais les Anges de Dante se sont abattus sur eux et ont lutté pour chaque mètre de cette nouvelle terre. Au final, ce sont les Anges qui occupent Bergen, mais ces sales machines parcourent maintenant la Norvège...