Les Anges de Dante

Inspirés par les mythes lucifériens, les Anges de Dante pensent que le monde a plongé en enfer pour ses crimes. A ce titre, ils estiment que les survivants sont damnés et que c'est à eux, les élus, de régner sur ce monde infernal ! La plupart sont des fléaux itinérants qui dispensent une parodie de justice, les autres sont des tyrans batailleurs et décadents.

 
 
Zagan, séraphin 
 
Dans l'Enfer des Anges de Dante, la colère n'est pas un péché, mais un instrument divin rappelant aux hommes leur condition mortelle.

C'est ainsi que Zagan a baptisé sa moto : lorsque l'engin de mort dérape à cent à l'heure sur le crâne de ses ennemis, sa juste rétribution est portée aux cercles infernaux dans un hymne de craquements humides et de cris ensanglantés. Le Séraphin laisse libre court à cette rage mystique pour purger sa terre des vermisseaux qui osent la fouler... Il ne ressent pas la colère, il EST la colère.
 
Tenant d'une poigne de fer sa bande de disciples, il avale les kilomètres en décimant les damnés qui auraient la mauvaise idée de croiser son chemin. Zagan ne s'arrête jamais deux fois au même endroit, et tant que sa fidèle moto le portera, son cri de guerre continuera de terroriser les hommes, de la Bretagne jusqu'aux Carpathes. 

  
Lilith
 
Les fidèles des anciennes religions pré-apocalypse mangeaient symboliquement le corps de leur Dieu durant de grandes fêtes sacrées. Sur les terres ravagées d'Eden, certains fanatiques prennent les vieux textes un peu trop à la lettre... 
 
Les sœurs de l'Ordre Rouge n'ont pas vraiment apprécié lorsqu'elles ont découvert la  pupille Lilith en train de mastiquer le cadavre encore chaud de leur Matriarche. 
 
Enjôleuse et charismatique, la petite orpheline avait pourtant su s'intégrer et se faire apprécier des sœurs de son Monastère. D'abord séduite par la domination que le Matriarcat exerçait sur les hommes, au fil des années cette tentatrice féroce se lassa rapidement de leurs pratiques pataudes. Pour posséder pleinement l'âme d'autrui, il ne faut pas se contenter de faire souffrir son corps : il faut le faire sien, le dévorer purement et simplement. 
 
Et quoi de plus exquis que la chair d'une pieuse séminariste ? 
 
Échappant de peu au bûcher, elle retrouva la trace des Anges de Dante dont elle avait entendu parler dans les coursives du monastère. Leur vision des Enfers et leur haine commune du Matriarcat furent le ciment de leur alliance : désormais, aucune victime n'est exécutée sans que Lilith n'ait goûté à ses pêchés...

 
 
Andras
 
Que serait un Tyran sans son bourreau ?

La passion des Anges de Dante pour les exécutions spectaculaires créée des rôles sociaux que l'on avait pas connu depuis le moyen-âge pré-apocalypse.
 
Versé dans l'art exquis de la boucherie barbare, Andras fait du meurtre un véritable spectacle, une ode à l’hémoglobine. Non pas que l'Ange aie une quelconque sensibilité artistique... il est simplement doué pour trancher la ou ça fait mal (et ou ça coule bien).
Rustre et mal dégrossi, peu lui importent les raisons des exécutions qu'il délivre : ce n'est qu'un exutoire à ses pulsions sadiques.

D'un tempérament de cochon mutant, sans respect pour une quelconque loi ou autorité, seule la prestance d'un Séraphin le retient de devenir un psychopathe errant livré à lui-même...

Mais sur Eden, il est plus facile de chasser en bande qu'en solo, et tant que les Anges lui fourniront une source fraîche de corps à mutiler, il se joindra avec joie à leurs combats.

 
Moloch
 
Moloch est un de ces survivants qui contribuent à faire de Eden ce qu'elle est : un véritable enfer sur terre. Jugeant peut-être que les étendues arides n'étaient pas assez désolées comme ça, il prend un malin plaisir à brûler tout ce qui passe à sa portée.
 
Il faut dire que la vie ne l'a pas gâtée : né mutant, les plaies brûlantes qu'il inflige sur le champ de bataille ne sont que le reflet du feu intérieur qui le consume du matin au soir. Irradiant fiévreusement une chaleur surnaturelle, il a été recueilli par les Anges qui voient en lui les feux des Enfers personnifiés.
 
Les malformations qui l'affligent limitent grandement son discernement, et il aurait très bien pu finir chez La Horde si un Séraphin n'était pas passé par la. Depuis, son esprit simple a été totalement converti au credo de Dante, et Moloch suivra aveuglement les ordres de ses pairs. Ces derniers ne manquent d'ailleurs pas d'exploiter un tel atout : ils lui ont trouvé un nouveau joujou qui lui permet désormais de brûler les damnés aussi loin que portera son regard dément.